AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|

(M/LIBRE) BRADLEY COOPER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Dylan Speirs

Dylan Speirs

+ Arrivé(e) le : 07/05/2014
+ Messages : 64
+ Pseudo : Rendezvouswithdestiny.
+ Double compte : Julian Winters (Michael Fassbender).
+ Avatar : Jennifer Lawrence.
+ Crédit(s) : Shiya + Tumblr.

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D\'ADRESSE:
+ PENSE BETE:
+ DESIRS CACHES:

(M/LIBRE) BRADLEY COOPER Empty
MessageSujet: (M/LIBRE) BRADLEY COOPER (M/LIBRE) BRADLEY COOPER EmptySam 10 Mai - 15:54


crédits : gifhunteress.tumblr
   
duncan griffith
sometimes it's hard to tell
   

PRÉNOMS : Duncan, second prénom au choix. + NOM DE FAMILLE : Harper. + ÂGE : entre 35 et 39 ans. + ORIGINES : au choix, mais il est Américain. + ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE : trader, actuellement en liberté conditionnelle. + STATUT CIVIL: il était fiancé, mais la belle a pris la fuite il y a deux ans. + QUALITÉS/DEFAUTS : au choix, mais ceci doit coller avec le personnage. + AVATAR : Bradley Cooper (négociable avec Leonardo Dicaprio, Eion Bailey, Mike Vogel ...). + GROUPE : au choix.

   
Fairytales & Firesides
   

       → Duncan était l'archétype du jeune yuppie : trader à Wall Street, jeune, beau, il s'est considérablement enrichi, et menait un train de vie assez fou.
       → Il y a cinq ans, il a rencontré Dylan, une jeune Texane venue visiter New York. Tombé sous son charme malgré son mauvais caractère, les choses se sont passées très vite entre eux.
       → Prisonniers d'une relation passionnelle, les disputes violentes et les réconciliations passionnées s'alternaient. La jeune femme supportait mal ce mode de vie, composé de soirées en haute société, de dîners d'affaires et de journées passées à l'attendre. Ils étaient fiancés.
       → Il y a deux ans, il a été condamné à trois ans de prison pour détournements de fonds. Dylan venait le voir régulièrement, puis, au bout de quelques temps, a cessé les visites. Il ne l'a plus jamais revue. En effet, la jeune femme, pourtant amoureuse, souhaitait reprendre sa vie, et a tout simplement pris la fuite sans un mot.
       → Il vient de sortir, bénéficiant de la liberté conditionnelle pour bonne conduite. Il a appris que Dylan était rentrée au Texas, et surtout qu'elle était enceinte lorsqu'elle a disparu. Le fait qu'elle s'est faite avortée l'a plongé dans un mélange de colère et de rancœur, et il est venu à Fort Bliss pour retrouver la jeune femme, qui assistait à l'enterrement de sa mère. C'est ainsi qu'il s'est retrouvé piégé sous le dôme.

   
What Will Become Of Us

   
« Je vous offre un verre ? » Soupirant, je tourne la tête vers l'homme qui vient de m'adresser la parole. Alors, c'est ça ? C'est comme ça que ça va se passer ? Après plusieurs minutes de regards incessants vers le fond de la salle, où il était attablé avec ce qui me semble être d'autres hommes d'affaires, il s'était enfin décider à faire quelque chose. Mais, ça ... « Désespérément conventionnel. » Je sais, mon comportement est hautain, dédaigneux, il fait de moi un être détestable, voir même carrément abjecte. Mais, j'ai besoin d'être fixée. De voir comment cet inconnu - plus qu'attirant, je dois l'avouer, réagit à mon contact. Voir s'il sera tout simplement indifférent lorsqu'il essaiera de me mettre dans son lit, ou s'il y a plus que ça. J'avoue, je m'ennuie, ici, dans ce bar à cocktails. Il était recommandé dans tous les guides de voyages sur New York, et pourtant, je dois dire que la déco est inexistante, et l'orchestre dénué de tout talent. La seule chose intéressante, ici, ce sont les hommes d'affaires qui défilent. Il est intéressant de les observer, qu'ils soient en train de conclure des marchés ou simplement prendre du bon temps après une dure journée de travail à la bourse ou n'importe où que ce soit. « Et si vous m'offriez un verre, alors ? » Je ris. Le bel inconnu m'esquisse un sourire. Il est beau. Très beau, même. Et puis, il a énormément de classe, dans son costume. Un trader, j'imagine. Quelqu'un qui mène un rythme de vie infernal, un passionné. Et aussi quelqu'un qui est habitué à obtenir ce qu'il veut. « Et si vous vous payiez tout seul votre verre ?! » Je hausse la voix, mon ton devient cassant, tandis que je vois la veine de son front ressentir. Il est contrarié, on dirait. J'en suis presque sûre, il vient de grincer des dents à l'instant. Autour de nous, les gens ne font pas attention. Ils sont bien trop absorbés par leurs propres petites vies. Tant mieux. Je n'ai pas envie de partager cela avec eux. Ce moment m'appartient. Il nous appartient. Et, je l'avoue, voir comment réagit ce bel inconnu m'amuse. C'est gonflé de ma part, mais il m'intéresse. Je veux découvrir son vrai visage, je veux être séduite. « Dîtes donc, il faudrait savoir ce que vous voulez ! C'était quoi, tous ces regards incessants, hum ?! » Je ris, avant de hausser les épaules. J'ai un peu froid. Pourtant, d'habitude, je ne me conduis pas comme ça. Mon professeur de philosophie n'avait-il pas dit à ma mère que : « Ce n’est pas une intrigante. C’est une femme compatissante, maternelle, du genre Walkyrie. Grande et forte mais d’un charme calme. Ses beaux cheveux blonds encadrent son front de larges tresses. Ses grands yeux ont un regard doux et serein … Dylan est une charmante personne. » ? Ce type provoque des réactions bizarres chez moi. C'est étrange, difficile à expliquer. « Vous n'aimez donc pas les surprises ? » Alors, le bel inconnu lève les yeux au ciel, donne un coup dans le comptoir du bar avant de faire demi-tour. Je ris de plus belle, aux éclats même. Je n'ai même pas la sensation d'aller trop loin. Il est à l'autre bout du bar, essayant très certainement de reprendre son calme. Parce que, je sais qu'il fulmine, qu'il a l'impression que je le fais tourner en bourrique, que je ne sais pas ce que je veux, que je joue avec lui. Ce n'est pas tout à fait faux. Mais, il suscite un intérêt chez moi comme jamais personne ne l'avait fait. Je n'en ai pas l'habitude. Je ne me sens pas à ma place ici, loin des terrains de rodéos de mon cher Texas. Puis, il sortit. Je soupire, emboîtant son pas. Il hèle un taxi, alors que j'attends, profitant pour allumer une cigarette. Je souris, lui passant devant alors qu'il s'apprête à monter. Le faire réagir, à tout prix. Ce type-là, je sais qu'il est différent. « Mais ça ne va pas ou quoi ?! » Il est furieux, encore plus que tout à l'heure, alors que son bras agrippe le mien, m'empêchant de monter dans le taxi. Je sais, c'est SON taxi. C'est très mal poli de ma part. « Et si on partageait le taxi ? » Le sourire aux lèvres, cette mimique enfantine au visage, je ne peux m'empêcher de frissonner, toujours ma cigarette à la main. Il soupira. Il devait me détester. Pourtant, il ne me laissait pas tomber. « Non, laissez tomber. Il y a plein de taxis par ici. » Je me suis trompée, il va me laisser partir. Mais, il semble hésiter. J'ignore pourquoi, après tout, je ne suis qu'une empêcheuse de tourner en rond, non ? « Passez la soirée avec moi ! » « Allez-vous faire cuir un œuf ! » Sans que je ne puisse dire quoi que ce soit, il m'attrape pour me coller un baiser sur les lèvres. Surprise, tentée de me dégager, je finis par le lui rendre, alors que je finis collée contre la porte du taxi. « CE N'EST PAS BIENTÔT FINI ?! VOUS MONTEZ OU VOUS DÉGAGEZ ! » Je glousse, lui aussi. « Allez, montez, ce ne serait pas sympa de faire attendre notre ami le chauffeur plus longtemps ! »


★★★


« Comment tu te sens ? » Assise derrière une vitre de plexiglas, combiné de téléphone en main, je regarde mon fiancé, Duncan. L'uniforme orange ne lui va guère, je peux vous l'assurer. Le voir là me fait mal au cœur. Mais, je sais que malgré tout l'amour que je lui porte, ce sera la dernière fois que je viendrais lui rendre visite. Il est temps que ça s'arrête. Je n'en peux plus de cette vie. « J'ai connu pire. » Et, derrière cette vitre de plexiglas, il me sourie. Duncan essaie d'être rassurant. Je le connais, il ne supporte pas me voir triste, déphasée, en proie à mes humeurs sombres. D'ordinaire, il m'aurait pincé la joue, essayant de me donner le sourire, mais derrière cette vitre de plexiglas, il ne peut pas. Il doit se contenter des mots. Et Dieu sait que les mots ne suffiront pas à m'arrêter. « Je t'aime. De toutes mes forces. » Hélas, ce ne sera pas suffisant pour me convaincre de rester, d'attendre sa sortie de prison. Il ne serait pas en prison que ma décision serait la même. J'ai la boule au ventre, à l'idée de ce que je m'apprête à faire. Pour Duncan, j'ai tout abandonné. Ma vie, mon Texas chéri. J'ai arrêté les rodéos, je suis venue m'installer à New York, à ses côtés. Un temps, j'ai aimé ça. L'accompagner dans les soirées mondaines, m'occuper de notre chez nous pour le retrouver le soir, après une journée de travail éreintante ... Avant de me sentir étouffée dans cette vie. N'être que sa chasse gardée, qu'il me garde pour lui seul, dans cette forteresse qu'est son appartement de Manhattan. Parce que, je ne me suis jamais sentie à ma place, dans cette société. Je suis Texane, ma vie, c'est le désert, les rodéos, et tout ce qui va avec. La haute société, je n'en peux plus. J'envisageais déjà, de partir, sans m'y résoudre. Je suis amoureuse, bon sang ! Je l'aime plus que n'importe qui, Duncan. Et puis, il y a eu cette affaire. Condamné à trois ans de prison pour détournements de fonds. Je ne pouvais pas l'abandonner. « Moi aussi, je t'aime. Plus que ma propre vie. » L'entendre dire cela me brise le cœur. Je culpabilise. Je sais pourquoi j'ai agi ainsi, le jour où je l'ai rencontré, il y a trois ans. Parce qu'il est l'homme de ma vie. Mais, ce n'est pas suffisant. Dois-je lui dire toute la vérité ? Je passe ma main sur mon ventre. Je n'en ai pas la force. « Je te promets que lorsque je sortirai d'ici, tu auras ton mariage de princesse. » Je m'efforce de sourire, de paraître crédible. C'en est ridicule. Je devrais lui dire. Absolument tout. Ce que je m'apprête à faire est horrible, penserait-il. C'est la seule solution, même si elle fait de moi un assassin. Et, il ne me reverra plus jamais. Ce sera mieux comme cela. Je veux retrouver ma liberté. Je veux rentrer chez moi. Le plus tôt sera le mieux. Plus j'attends, plus je trouve de raisons de rester, de l'attendre. « Je sais. » Je tâche de retrouver ce sourire qu'il aime tant, celui qui lui laissera la conscience tranquille. J'ai peur. Peur de partir, peur du vide qu'il va laisser. Toutes mes nuits, je les passe à pleurer son absence, pleurer contre son oreiller, vide. Je ne lui en veux pas. Pour avoir détourné des fonds, je veux dire. Ce n'est pas à moi de le juger. Tout ce que je sais, c'est qu'il me manque à la folie, et que je n'arrive plus à imaginer ma vie sans lui. Mais, je ne suis pas heureuse. Je ne l'étais pas lorsqu'il était libre. Il me procure à la fois de la joie et de la tristesse. Je ne suis pas à ma place dans ce monde. Je n'ai rien à y faire, il est temps que je retourne chez moi, quelque part au Texas. J'ai acheté un billet de train pour Dallas. En liquide. Je sais qu'il cherchera à me retrouver. Il ne comprendra pas. Moi non plus, je ne comprends pas. Nous nous aimons, cela devrait être suffisant, non ? « Tu es sûre que ça va ? Tu as maigri. Ce n'est pas à cause de moi, hum ? » Je secoue la tête. Je sais très bien pourquoi j'ai maigri, pourquoi je suis aussi pâle, pourquoi je n'ai pas l'air dans mon assiette. A cause de cette chose. Je la hais. Et, en même temps, je sais que la détruire va faire de moi un monstre. « J'étais malade. Un simple virus, rien de très grave. Ne te fais pas de souci pour moi. Je t'assure. » Un simple virus ? Mon œil oui. Il était temps que je me rende compte de mon état. Officiellement, il est trop tard pour mettre fin à tout cela. Officieusement, j'ai pu m'arranger. J'ai un rendez-vous pour tuer la chose. Duncan est sceptique, mais semble finir par me croire. Je n'ai pas vraiment menti. J'étais malade. « Ok. Et, par pitié, souris, Dylan. Fais-moi plaisir est souris. Continue à vivre, arrête de t'en faire pour moi. Je vais sortir d'ici, et on retrouvera notre vie. Ok ? » Il a l'air tellement convaincu. Et, il m'aime tellement. Mon dieu, je suis un monstre de vouloir le quitter. Il m'offrirait le monde si je le lui demandais. « Je vais essayer. Mais, c'est tellement dur, Nathan. » Il n'a pas l'air de se douter, que je vais refaire ma vie, sans lui, sans son enfant que je porte. Non, ce n'est pas un enfant ! C'est la chose. Si je lui donne trop d'importance, que je commence à la considérer comme une personne, je n'y arriverai jamais. « N'essaie pas : réussis. » Puis, le gardien arrive derrière moi, m'indiquant que la durée de ma visite est terminée. Le regard triste, je m'éloigne, tandis que ces hommes que Duncan surnomme ironiquement ses « ange-gardiens » l'attrapent, pour le reconduire vers sa cellule. Après-demain, je quitte New York, je dis adieu à cette vie. Une fois cet avortement fait, je ne pourrai plus revenir en arrière.
   

Revenir en haut Aller en bas
Dylan Speirs

Dylan Speirs

+ Arrivé(e) le : 07/05/2014
+ Messages : 64
+ Pseudo : Rendezvouswithdestiny.
+ Double compte : Julian Winters (Michael Fassbender).
+ Avatar : Jennifer Lawrence.
+ Crédit(s) : Shiya + Tumblr.

THE WORLD AS I SEE IT
+ CARNET D\'ADRESSE:
+ PENSE BETE:
+ DESIRS CACHES:

(M/LIBRE) BRADLEY COOPER Empty
MessageSujet: Re: (M/LIBRE) BRADLEY COOPER (M/LIBRE) BRADLEY COOPER EmptySam 10 Mai - 17:49

Tout d'abord je te remercie de t'intéresser au scénario parce que si t'es arrivé jusqu'ici c'est qu'il doit t'intéresser I love you

Je pense que tu veux certainement avoir quelques petits détails en plus pour le scénario, alors les voici :
+ Déjà, concernant le pseudo, j'ai choisi Duncan, et j'aimerai le conserver, mais s'il ne te plaît vraiment pas, tu peux en changer, tant que le prénom est classique. Quant au nom de famille,tu peux également le changer, même chose que pour le prénom (M/LIBRE) BRADLEY COOPER 2809530024
+ Concernant l'avatar, j'adore Bradley Cooper, car il est beau, sexy et ... pratique ! J'ai également pensé à Leonardo Dicaprio, Mike Vogel ou encore Eion Bailey, mais je suis ouverte à toutes les suggestions. Le plus important est le personnage, l'avatar ne devant pas être un frein (M/LIBRE) BRADLEY COOPER 1856338392
+ L'histoire est plutôt libre, je vous demande seulement de respecter les différentes informations données dans cette fiche. Je vous recommande également d'aller lire la mienne afin de mieux percevoir Dylan (M/LIBRE) BRADLEY COOPER 2962877332

Finalement, si tu as les moindres questions n'hésite pas à me mpotter, je me ferais un immense plaisir d'y répondre (M/LIBRE) BRADLEY COOPER 162075414
Et puis je t'aime déjà (M/LIBRE) BRADLEY COOPER 1345457257

Revenir en haut Aller en bas

(M/LIBRE) BRADLEY COOPER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

NO WAY BACK :: INTRODUCE YOURSELF :: SOMEONE LIKE YOU-
Sauter vers:
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser